1968-1975

1967 : Organiste de Jacques Dutronc

Lle 5 janvier 1967, Jacques Dutronc et ses musiciens sont à la télé pour le ‘Palmarès des chansons’ de Guy Lux. En février/mars ils sont en tournée à raison de 2/3 galas par semaine. Alain est alors en terminale. Il prend des cours par correspondance et étudie ses cours l’après-midi dans les chambres d’hôtel quand il est en tournée. En 1967 il obtiendra son bac philo.

En février Vogue sort le troisième super 45 tours (EPL 8498) (extrait du 1er album) avec ‘Les cactus’, ‘La compapadé’, ‘L’opération’, ‘L’espace d’une fille’.

Début avril sort le nouveau super 45 tour (Vogue EPL 8536) enregistré en deux jours avec les titres ‘J’aime les filles’, ‘L’idole’, ‘Les petites annonces’, ‘J’ai tout lu, tout vu, tout bu’.

La chanson ‘J’aime les filles’ marche très fort (sur ce titre, Alain est au piano dès l’introduction).

La tournée de Dutronc est celle qui cartonne le plus. Avec ses musiciens ils jouent régulièrement dans des salles de 4000 personnes. Ils font la tournée des Clubs et beaucoup de galas populaires sous chapiteau. Ils vont chez ‘Régine’ et ‘Castel’ et participent à des soirées très sélectes pour le roi du Maroc ou Georges Pompidou ! c’est aussi l’orchestre le plus élégant : ils sont tous habillés par Cardin et chaussés par Carville !!

A l’automne ils retournent en studio pour l’enregistrement de nouveaux 45 et 33 tours.

A cette époque, Alain Le Govic est inscrit à la Fac de Lettre de Censier (Paris) mais…il n’y fera que quatre apparitions !!!

En novembre sort un nouveau super 45 tours chez Vogue (EPL. 8587) avec ‘La publicité’ et ‘Le plus difficile’ (où Alain est au piano), ‘Les rois de la réforme’ et ‘Hippie hippie hourrah’ (avec Alain à l’orgue).

1968 : Premier 45 tours solo d’Alain Le Govic

En mars sort le sixième 45 tours (Vogue EPL 8611) de Dutronc avec ‘Il est cinq heures, Paris s’éveille’, ‘L’augmentation’, ‘Comment elles dorment’ et ‘Fais pas ci, fais pas ça’.

Simultanément, sort le deuxième album 33 tours de Jacques Dutronc, avec les titres suivants ‘Comment elles dorment’, ‘Fais pas ci, fais pas ça’, ‘La métaphore’, ‘La publicité’, ‘L’augmentation’, ‘Hippie hippie hourrah’, ‘Il est cinq heures, Paris s’éveille’, ‘Les métamorphoses’, ‘Ca prend, ça n’prend pas’, ‘Les rois de la réforme’, ‘Le courrier du cœur’, Le plus difficile’.

En mai 68 il y a grève des trains et Alain ne peut rentrer sur Eaubonne : il est bloqué à Paris. Par l’intermédiaire d’Adi Kalafate (le bassiste) il rencontre Dick Rivers qui l’héberge chez lui pendant un mois. Sans jamais l’avoir entendu chanter, Dick Rivers lui propose d’enregistrer un disque.

En juin, sort le 3ème extrait du deuxième album, chez Vogue (EPL. 8630), avec les titres ‘Le courrier du cœur’, ‘Ca prend, ça n’prend pas’, ‘La métaphore’, ‘Les métamorphoses’.

Dutronc est au courant du projet d’Alain Le Govic de faire un disque en solo, il lui demande de choisir entre lui et Dick Rivers ! Alain décide de partir, surtout chagriné par la réaction de Jacques Dutronc, et emmène Jean-Pierre Alarcen avec lui.

Durant l’été, Alain enregistre au Studio 1 de Pathé-Marconi à Boulogne (92). Le premier super 45 tours quatre titres d’Alain Le Govic en solo sort à la rentrée chez Odéon, une filiale de Pathé-Marconi. En face A les titres ‘Ce n’est qu’un rêve’ et ‘L’harmonica’. En face B ‘La semaine’ et ‘Sur l’étoile où je vis’. On retrouve Alain Truffaut à la batterie et Jean-Pierre Alarcen à la guitare.

Toutes les musiques sont composées par Alain et les textes écrits par Alice Malachina. Les arrangements de cordes et cuivres, l’orchestration et la direction sont dus à Paul Piot. La chanson ‘La semaine’ est souvent programmée à la radio et Alain fait quelques émissions de radio ou de télé mais le disque ne marche pas (au dos de la pochette, on peut lire ‘Réal. : Productions D.R ’ (Dick Rivers !)).

Pathé-Marconi sort un 45 tours simple deux titres en Belgique avec ‘La semaine’ et ‘L’harmonica’ avec une pochette différente.

Fin 1968 Alain Le Govic co-compose avec le pianiste Bernard Ilous cinq titres pour le septième album concept de Dick Rivers intitulé ‘L’interrogation’. Les textes sont de Christine Fontane, Paul Piot fait les orchestrations et Gérard Manset effectue les interventions parlées liant les chansons.

En décembre 1968 l’album est enregistré et mixé par Bernard Estardy et sortira en janvier 1969.

Les cinq chansons co-composées par Alain Le Govic sont ‘L’interrogation’, ‘Que tout change’, ‘La couleur de l’amour’, ‘Le pays oublié’, ‘La ville nue’.

1969 : Pianiste de studio et pianiste accompagnateur

Début 1969 sort le premier album du groupe ‘Le Système Crapoutchick’ (‘Aussi loin que je me souvienne’) dans lequel Alain Le Govic tient les parties de claviers. Les musiciens du groupe sont : Gérard Kawczynski et Jean-Pierre Alarcen (à la guitare), Christian Padovan (à la basse), Michel Pelay (à la batterie), Alain Le Govic (aux claviers) et Claude Puterflam (au chant).

Les musiques sont co-composées par Gérard Kawczynski et Christian Padovan ; quant aux textes ils sont écrits par Claude Puterflam. Il y a aussi un instrumental (‘Aussi loin que je me souvienne’) de 2 minutes composé par Jean-Pierre Alarcen et qui est joué uniquement à l’orgue par Alain Le Govic (avec des chœurs par-dessus).

Cet album concept, produit par Claude Puterflam, édité en pochette ouvrante, est référencé chez Flamophone FL 3301 et contient les titres suivants ‘Aussi loin que je me souvienne’, ‘Quand je serai grand’, ‘Les lutins’, ‘La chanson des amis’, ‘L’amour avec un grand A’, ‘Un jour dans ma vie’, ‘Une vie’, ‘Premier amour’, ‘Vingt ans’, ‘Chagrin d’amour’, ‘Les temps ont changé’, ‘Quand j’étais gosse’, ‘C’est l’hiver’.

A cette époque, Alain rencontre Véronique Sanson en studio. Avec Michel Colombier (célèbre compositeur, arrangeur et chef d’orchestre) ils font des voix et des chœurs pour des jingles de pub (exemple : Timex, etc…).

Au printemps sort un simple 45 tours d’Alain Le Govic chez Odéon/Pathé-Marconi avec les titres ‘J’aime la vie’ et ‘Dans les jardins de Babylone’. Les musiques sont d’Alain, les textes de Christine Fontane, l’orchestration et la direction de l’orchestre de Jean-Claude Petit. Ce disque est produit par Dick Rivers. Pathé-Marconi sort aussi ce simple en Allemagne mais sans photo sur la pochette. A la même époque sort un nouveau 45 tours simple deux titres chez Flamophone (FLAM 4501 S) du groupe Le Système Crapoutchik. Il y a ‘Demain’, chanson dans laquelle on peut entendre Alain en introduction seul au piano et ‘L’amourophobe’ (Alain joue de l’orgue seul en introduction). Après ce disque, Alain et Michel Pelay quittent Le Système Crapoutchik.

Durant l’été et pendant 2 mois 1/2, Alain part aux Etats-Unis avec deux amis dont l’un est Maurice Vallet (parolier de Julien Clerc). Ils restent un mois à New-York hébergés dans une auberge de jeunesse puis ils vont traverser les Etats-Unis d’est en ouest, dans une petite voiture, jusqu’à Los Angeles. La nuit ils vont dans des clubs pour écouter de la musique et le jour ils font quelques petits boulots. C’est ainsi qu’Alain se retrouve vendeur d’Ice Cream à un concert de Diana Ross à Central Park, New-York.

A cette époque il rencontre Julien Clerc qui est dans la même maison de disque que lui. Il se lie surtout d’amitié avec ses paroliers Maurice Vallet et Etienne Roda-Gil, ce dernier lui propose d’ailleurs de faire un disque. Le 45 tours sort en novembre chez Odéon/Emi/Pathé-Marconi avec en face A le titre ‘Locmariaquer’ et en face B ‘Favelas’. La musique est composée par Alain et les paroles sont écrites par Etienne Roda-Gil. C’est Jean-Claude Petit qui fait l’orchestration et qui dirige l’orchestre.  Il existe un autre enregistrement de ces deux titres, qui était le premier en fait….

Il s’agit de deux autres mélodies complètement différentes composées par Alain Le Govic, paroles écrites par Christine Fontane et l’orchestration est exactement la même que pour ‘Locmariaquer’ et ‘Favelas’.

A cette époque, Alain accompagne en tournée Monty, Eric Charden et aussi Jean-François Michaël (connu pour son tube ‘Adieu jolie Candy’, en cette année 1969).

Il fait aussi des séances de claviers avec Gérard Manset (en studio) et Herbert Léonard (lors de répétitions).

 

 

 

 

 

 

1970-1974

1970 : Rencontre avec Claude François

En 1970 Alain retourne au Studio 3 de Pathé-Marconi à Boulogne (92) pour enregistrer deux nouvelles chansons. Il en écrit les musiques, Alain Vannier les textes et c’est Ivan Jullien qui fait les arrangements et l’orchestration. La photo et la pochette sont faites, le disque est référencé (EMI/ODEON C006-10936) et fabriqué en juin 1970 mais Pathé-Marconi décide de ne pas le commercialiser. Ce disque existe donc mais est un véritable collector introuvable ! Il y avait en face A le titre ‘Le chemin du château’ et en face B ‘Tu dors sous la pluie’.

Au studio Pathé-Marconi, Alain a également enregistré plusieurs titres en anglais (qui sont restés inédits) ainsi que deux titres en allemand qui font l’objet d’un 45 tours sorti chez Columbia/Emi en Allemagne. En face A ‘Ein rose so wundershön wie du’ (Alish/Herta) et en face B ‘Liebe auf den erstenblick’ (Pieretti/Ricky Gianco/Martin).

Alain continue de composer.   Un certain Michel Renard sort d’ailleurs un disque chez Riviera (réf. 121484) avec en face A ‘Comment vivre sans toi’, dont la musique est d’Alain Le Govic et les paroles de Michel Renard. Aux arrangements et à la direction musicale Hervé Roy (réalisation artistique Naps Lamarche). En face B ‘A pleines mains’ (paroles A. Tabart et musique Patrick Juvet!) La photo de la pochette est de David Hamilton.

Alain compose également pour Marie-Blanche Vergne, la compagne de Jean-Christophe Averty. Alain Le Govic a par ailleurs composé quelques musiques pour une émission de télévision de variété réalisée par Jean-Christophe Averty.

En studio il retrouve Michel Pelay qui lui aussi compose. Ils décident donc de composer ensemble. Alain et Michel enregistrent des maquettes et les font écouter à une parolière très prisée à l’époque, Vline Buggy. Elle colle des paroles sur leurs musiques. Ils font alors la tournée des éditeurs parisiens pour leur proposer leurs chansons.

Ils rencontrent Claude François et Jean-Pierre Bourtayre. En écoutant leurs bandes, Claude François, influencé par Jean-Pierre Bourtayre, leur propose de signer un contrat d’édition au sein des disques Flèche. Il met à leur disposition un local au dernier étage de son hôtel particulier, Boulevard Exelmans à Paris. Le local est équipé de claviers et de matériel pour enregistrer des maquettes. Alain découvre les charmes du Mellotron (l’ancêtre du synthétiseur).

C’est ainsi qu’en 1970 Alain et Michel co-composent pour Nicoletta ‘Qu’est-ce que tu fais sans moi’ (paroles de Vline Buggy et Yves Dessca).

Pour Claude François ils co-composent ‘Des roses de Noël’ (paroles de Vline Buggy et Yves Dessca) et ‘Vivre au soleil’ (paroles de Vline Buggy et Claude François).   C’est en novembre 1970, que l’on trouve le titre ‘Des roses de Noël’ sur le 33 tours de Claude François, ‘Le monde extraordinaire de Claude François’ (Philips/Flèche 6450 500).   En décembre 1970, sort un autre album de Claude François ‘Si douce à mon souvenir’ (Philips/Flèche 6450 600) où l’on trouve le titre ‘Vivre au soleil’.

1971 : Compositeur pour les autres et choriste

En 1971 Alain et Michel Pelay co-composent pour Hervé Vilard ‘Le grand rêve du petit garçon’ (paroles d’Humbert Ibach et de Vline Buggy). L’orchestration est de Jean-Claude Vannier.   Ils co-composent également les deux titres ‘J’ai renversé le jeu d’échecs’ et ‘Dieu existe-t-il ?’ d’un 45 tours de Maxime Piolot qui en écrit les paroles (réf. MN 30 014, arrangement et direction musicale Raymond Donnez, production et réalisation Moshé Naïm) ainsi qu’un titre d’un autre 45 tours ‘J’ai lancé une bouteille à la mer’.   Au printemps Paul Anka est de passage à Paris et l’éditrice de Claude François lui fait écouter les maquettes d’Alain et Michel.

Paul Anka retient une chanson et rentre aux Etats-Unis. Trois mois plus tard il décide d’enregistrer une chanson pour la face A de son premier 45 tours chez Bouddha Records où il vient de signer. Elle s’appelle ‘Do I love you’ et la musique est signée Alain Le Govic et Michel Pelay ! La chanson entre dans les hit-parades américains. ‘Do I love you’ est reprise par une chanteuse country, Donna Fargot, et est numéro un dans les charts country ! Claude François décide alors de l’adapter en français. La chanson devient ‘Plus rien qu’une adresse en commun’ (paroles d’Yves Dessca et Maxime Piolot).   Ce titre se trouve sur l’album 33 tours de Claude François ‘Il fait beau, il fait bon’ (Flèche 6442 003) qui sort en novembre 1971 (dans lequel on trouve également la chanson ‘Stop au nom de l’amour’).   On retrouve la signature de Michel Pelay et Alain Le Govic sur un 45 tours de Maxime Piolot référencé MN 30 016 (réal. Moshé Naïm) avec les titres ‘J’ai inventé la roue’ et ‘L’homme qui n’a jamais vu l’arc en ciel’.

Parallèlement, Alain et Michel décident de créer un groupe de choristes : 4 garçons et 4 filles. Les filles s’appellent ‘Les Fléchettes’, car elles sont aussi les choristes de Claude François. Les garçons sont Alain, Michel et les frères Costa (George et Michel). Ce groupe de huit personnes fait un malheur : on se les arrache. Pendant plus d’un an la quasi totalité des disques qui s’enregistrent les créditent pour les chœurs ainsi que Jean-Claude Petit pour les arrangements ! De Sheila à Enrico Macias en passant par Claude François, ils chantent pour tout le monde, à raison de trois séances par jour et travaillent avec tous les grands orchestrateurs de l’époque : Jean-Claude Petit, Jean Claudric, Jean-Claude Vannier, Gabriel Yared….

1972 : Premier 45 tours d’Alain Chamfort :  ‘Dans les ruisseaux’  puis premier succès :‘Signe de vie, signe d’ amour’

En 1972, Alain et Michel Pelay co-composent pour Pétula Clark ‘Volodia de Varsovie’ (paroles d’Yves Dessca, arrangements et direction musicale Mike Steïphenson). Au printemps sort l’ultime super 45 tours de Sylvie Vartan sur lequel Alain et Michel ont co-composé le titre ‘Sur la musique’ (paroles d’Yves Dessca, arrangements Raymond Donnez).

En 1972 Claude François propose à Alain et Michel Pelay d’enregistrer un disque (sur une idée de son collaborateur et compositeur Jean-Pierre Bourtayre). D’un commun accord entre Michel et Alain, il est décidé qu’Alain chantera seul (en effet, sur les maquettes ils chantaient tous les deux). Claude François trouve que Le Govic sonne trop régional et lui propose de prendre un pseudonyme. Il ouvre le dictionnaire à la lettre ‘C’ et sélectionne deux ou trois noms : Clémenceau, Chateaubriand…..Claude François choisit CHAMFORT.

Il entre en studio au printemps 1972. L’enregistrement est supervisé par Claude François. Le premier 45 tours d’Alain Chamfort sort en avril chez Flèche. Alain refuse de mettre sa photo sur la pochette : on décide de mettre un dessin illustrant chaque chanson au recto et au verso de la pochette. En face A c’est la chanson ‘Dans les ruisseaux’ co-composée par Alain Chamfort et Michel Pelay. Les paroles sont écrites par Vline Buggy et Yves Dessca et Raymond Donnez en fait l’orchestration. Dans les chœurs ont peut entendre Michel Pelay, Claude François et Michel Drucker ! En face B le titre ‘Le train de Moscou’ est co-composé par Alain Chamfort et Michel Pelay (paroles Franck Thomas et Yves Dessca).

Le 24 mai 1972, Alain fait sa première télé sous le nom de Chamfort dans l’émission ‘Avec le cœur’, produite par Claude François et présentée par Michel Drucker et Claude François. `Dans les ruisseaux’ se vend à 80 000 exemplaires.   Cette même année 1972, Jean-Claude Petit propose à Alain Chamfort d’accompagner Alain Barrière pour une tournée au Canada pendant l’été et des galas en France au printemps, puis au retour du Canada à l’automne.

A la rentrée Claude François devient gérant du magazine Podium : c’est ainsi qu’Alain y apparaîtra souvent !   A l’automne 1972 c’est la sortie du deuxième 45 tours d’Alain Chamfort chez Flèche. Face A Signe de vie, signe d’amour’ (musique Alain Chamfort et Michel Pelay, paroles Jean-Michel Rivat). Face B ‘Je t’appelle mélancolie’ (musique d’Alain Chamfort et Michel Pelay, paroles de Claude François et J. Schmitt). L’orchestration des deux titres est faite par Jean-Claude Petit. Cette fois-ci Alain Chamfort se fait photographier pour la pochette ! (il existe d’ailleurs trois pochettes différentes pour ce même 45 tours avec deux clichés différents).   En novembre/décembre Alain Chamfort et Véronique Sanson se partagent la première partie de la tournée de Claude François en région parisienne.

1973 : Premier tube de l’été ‘L’amour en France’ -   Première tournée – Premier album – Premier Olympia à   Paris

De février à avril 1973 ‘Signe de vie, signe d’amour’ se classe au hit parade d’Europe 1. Le disque se vend à 350 000 exemplaires !!

En mai/juin sort chez Flèche le 45 tours ‘L’amour en France’ (musique Alain Chamfort et Michel Pelay, paroles Claude François). En face B ‘Adresse inconnue, retour à l’envoyeur’ (musique Alain Chamfort et Michel Pelay, paroles Claude François et M. Vendôme). L’orchestration est de Jean-Claude Petit. Les deux chansons sont enregistrées au studio CBE de Bernard Estardy. ‘L’amour en France’ est le tube de l’été 1973 : il se classe au hit parade d’Europe 1 de juin à septembre 1973 et se vend à 500 000 exemplaires !!!   Alain part en tournée d’été avec Claude François et assure la première partie (40 galas en deux mois, juillet et août).   Mais au fur et à mesure, il s’organise indépendamment de Claude François, constitue son propre groupe de musiciens pour l’accompagner dans ses galas et engage Gérard Louvin comme manager-imprésario.

Durant trois ans (1973-1974-1975) Alain, accompagné de Gérard Louvin, va parcourir la France en enchaînant gala sur gala. Dès de début parmi les musiciens il y aura Jean-Noël Chaléat aux claviers (pour quelques galas Alain a eu Daniel Balavoine et son frère Guy dans les chœurs). Alain investit dans du matériel, achète un camion et soigne les éclairages.   En octobre sort chez Flèche son 4ème 45 tours ‘Je pense à elle, elle pense à moi’ (musique Alain Chamfort et Michel Pelay, paroles Franck Thomas). En face B ‘Ma leçon d’amour’ (musique Alain Chamfort et Michel Pelay, paroles Yves Dessca). Orchestration et direction d’orchestre par Jean-Claude Petit. Ce titre sera classé au hit parade d’Europe 1 de novembre 1973 à janvier 1974 et marche très fort !!!   A la fin de l’année 1973 sort le premier album d’Alain (en vinyle et en cassette): il comporte douze chansons, n’a pas de titre mais on indique sur la pochette les deux derniers titres qui ont cartonné (‘Je pense à elle, elle pense à moi’, ‘L’amour en France’). La photo est de Bernard Leloup (de Salut des Copains).

On y trouve les sept titres des quatre premiers 45 tours (seul ‘Le train de Moscou’ n’est pas sur le 33 tours), ‘Je pense à elle, elle pense à moi’, ‘Ma leçon d’amour’ (le tout dernier 45 tours), ‘L’amour en France’, ‘Dans les ruisseaux’, ‘Je t’appelle mélancolie’, ‘Signe de vie, signe d’amour’, ‘Adresse inconnue, retour à l’envoyeur’.

Sur ce 33 tours il y a aussi cinq nouvelles chansons ‘Un enfant sans histoire’ (paroles de Pierre Grosz), ‘L’amour en stationnement’ (paroles de J. Schmitt), ‘Quand cette fille me regarde’ (paroles de Pierre Grosz) et ‘L’amour n’est pas une chanson’ (paroles de Pierre Grosz). Ces quatre titres ont été composés par Alain Chamfort et Michel Pelay. Alain choisit Michel Bernholc (l’arrangeur de Véronique Sanson) pour en faire l’orchestration. Ils sont enregistrés au Studio Europa-sonor à Paris (prise de son et mixage C. Martenot et Roger Roche). Il y a aussi ‘Je m’ennuie de toi’ (musique Alain Chamfort et Michel Pelay, paroles Pierre Grosz, arrangements, prise de son et mixage au studio CBE par Bernard Estardy).   En octobre 1973, Alain fait la une de Poster Magazine.

En novembre 1973 il est en couverture du mensuel Mademoiselle Age Tendre.

Du 11 au 25 décembre 1973, Alain est en concert à l’Olympia : il fait la première partie du spectacle de Stone & Charden. Michel Jonasz est la vedette anglaise, Alain Chamfort la vedette américaine et c’est Yves Lecocq et Sophie Darel qui présentent le spectacle.

Alain, accompagné par ses propres musiciens mais aussi par l’orchestre (cordes et vents) de Stone & Charden chante six titres ‘Dans les ruisseaux’, ‘Signe de vie, signe d’amour’, ‘L’amour en France’, ‘Je pense à elle, elle pense à moi’, ‘Un enfant sans histoire’, ‘L’amour n’est pas une chanson’.

1974 : ‘Je pense à elle, elle pense à moi’ -  ’Adieu mon bébé chanteur’

En mars sortie du 45 tours (extrait du 1er album) ‘L’amour n’est pas une chanson’ (en face B ‘L’amour en stationnement’).

Le 20 avril au studio d’Europe 1 Alain et C. Jérôme chantent en duo et en direct ‘L’amour n’est pas une chanson’. Toujours en avril Alain participe au Festival de la Chanson Française de Maastricht aux Pays Bas (avec Christian Delagrange, Ringo, Adamo, Michel Delpech et Richard Anthony !).

En juillet 1974, un nouveau 45 tours est dans les bacs ‘Adieu mon bébé chanteur’ (orchestration Jean-Claude Petit) et ‘Harmonie sur la ville’ (orchestration Raymond Donnez). Les deux titres sont co-composés par Alain Chamfort et Michel Pelay et écrits par Jean-Michel Rivat.

Adieu mon bébé chanteur’ est un tube !!!! La chanson se classe au hit parade d’Europe 1 du 15 août au 15 octobre 1974. Flèche/Isabelle Musique en éditent la partition.

En juillet et août Alain est en tournée d’été en première partie de Claude François pour 30 dates.

En octobre 1974 et pour la première fois Alain fait la une tout seul du célèbre mensuel Salut les copains. Fin 1974 il sort un nouveau 45 tours ‘Madona, Madona’ (orchestré par Gabriel Yared) et ‘Un coin de vie’ (orchestré par Jean-Claude Petit). Les deux titres sont composés par Alain Chamfort et Michel Pelay et écrits par Jean-Michel Rivat.

Madona, Madona’ est encore un tube et se classe au hit parade d’Europe 1 de janvier 1975 à mars 1975 (Flèche/Isabelle Musique en éditent la partition)

1975 : ‘Madona, Madona’ - ’La musique du samedi’ –  ‘Le temps qui court’

En 1974 et 1975 Alain se rendra cinq ou six fois au Japon avec Gérard Louvin : il y est surnommé ‘Le petit prince de la chanson française’. Une dizaine de 45 tours (dont un 4 titres) et cinq albums sortiront au Japon. Il fait des télés et donne des récitals. Il chante même le jingle d’une pub télé pour les cosmétiques Kanebo, qui deviendra une chanson. Beaucoup diffusée en télé, cette chanson sera le plus gros succès d’Alain au Japon. Elle s’intitule ‘Bonjour Omemesan’, elle est inédite en France car uniquement sortie au Japon. Elle a été enregistrée en 1975 au studio Gang à Paris et mixée par Jean-Pierre Janiaud. La musique est de Gérard Kawczynski et les paroles de Jen Jiry. Les arrangements et l’orchestration sont de Michel Bernholc. On y retrouve Gérard Kawczynski (à la guitare), Christian Padovan (à la basse), André Sitbon (à la batterie) et Michel Bernholc (au piano).

Le 45 tours sort au Japon en 1975.

En face A ‘Bonjour Omemesan’ (2’40) – en face B Bonjour Omemesan’ (version instrumentale 2’40).

La même année un jeune chanteur japonais, Sachio Itami, reprendra ‘Bonjour Omemesan’ en japonais sur un 45 tours dans son pays.

Les deux premiers 33 tours vinyles japonais d’Alain présentent des pochettes inédites.

Le premier sort fin 1974 et s’intitule ‘Je pense à elle, elle pense à moi’ et comporte douze titres (‘Je pense à elle, elle pense à moi’, ‘Ma leçon d’amour’, ‘Un enfant sans histoire’, ‘Dans les ruisseaux’, ‘Je t’appelle mélancolie’, ‘Signe de vie, signe d’amour’, ‘L’amour en France’, ‘L’amour en stationnement’, ‘Je m’ennuie de toi’, ‘Adresse inconnue, retour à l’envoyeur’, ‘Quand cette fille me regarde’, ‘L’amour n’est pas une chanson’).

Le deuxième 33 tours vinyle japonais sort en 1975 et porte le titre ‘Bonjour Omemesan - La musique du samedi’ et comporte douze titres (‘Bonjour Omemesan’, ‘Un coin de vie’, ‘Je pense à elle, elle pense à moi’, ‘Dans les ruisseaux’, ‘Madona, Madona’, ‘L’amour n’est pas une chanson’, ‘La musique du samedi’, ‘Adresse inconnue, retour à l’envoyeur’, ‘Adieu mon bébé chanteur’, ‘Harmonie sur la ville’, ‘Un enfant sans histoire’, ‘Bonjour Omemesan’ en version instrumentale).

Un 45 tours quatre titres voit aussi le jour au Japon cette année : il est référencé ECPB-32 et contient ‘Bonjour Omemesan’, ‘Je pense à elle, elle pense à moi’, ‘La musique du samedi’, ‘Adieu mon bébé chanteur’.

En France : juste avant l’été sort un nouveau 45 tours chez Flèche ‘La musique du samedi’ (écrit par Jean-Michel Rivat) et ‘C’est toujours peut-être’ (écrit par Yves Dessca). Pour les deux titres, la musique est composée par Alain Chamfort et Michel Pelay et l’orchestration est de Jean-Claude Petit.

La musique du samedi’ est un tube et se classera au hit parade d’Europe 1 du 1er août au 1er décembre 1975 et atteindra même la deuxième place du hit en novembre !!   Le 12 juillet, Alain participe au Festival de la Chanson de Tokyo au Japon où il chante ‘La musique du samedi’ dans un stade de 6000 personnes. Il remporte le troisième prix derrière les Etats-Unis et l’Angleterre !!

En août il donne des galas en France mais se rend aussi au Canada car là-bas la chanson ‘Un coin de vie’ (la face B de ‘Madona, Madona’) est disque d’or.   Un 33 tours est édité au Canada : il a pour titre ‘Un coin de vie - Madona, Madona’ et comporte dix titres (‘Un coin de vie’, ‘Je pense à elle, elle pense à moi’, ‘Ma leçon d’amour’, ‘Un enfant sans histoire’, ‘L’amour en France’, ‘Madona, Madona’, ‘L’amour en stationnement’, ‘La musique du samedi’, ‘C’est toujours peut-être’, ‘Adieu mon bébé chanteur’).

En France : fin 1975 sort le neuvième et dernier 45 tours chez Flèche ‘Le temps qui court’ (musique de Barry Manilow, paroles de Jean-Michel Rivat et orchestration de Michel Bernholc). C’est une reprise de ‘Could it be magic’ du compositeur/interprète américain Barry Manilow.

Claude François n’est pas d’accord sur le choix de cette chanson. En face B ‘Le jeune boxeur’ (musique Alain Chamfort et Jean-Noël Chaléat, paroles Jean-Michel Rivat et orchestration de Michel Bernholc). ‘Le temps qui court’ entre dans le hit parade d’Europe 1 en février 1976 mais ne marche pas très bien.   A la fin de l’année 1975, Flèche édite la première compilation d’Alain Chamfort. Le 33 tours s’intitule ‘Le disque d’or d’Alain Chamfort’ et contient douze titres. Il y a les huit titres des 4 derniers 45 tours (de 1974 à 1975) ‘Adieu mon bébé chanteur’, ‘Harmonie sur la ville’, ‘Madona, Madona’, ‘Un coin de vie’, ‘La musique du samedi’ ‘C’est toujours peut-être’, ‘Le temps qui court’, ‘Le jeune boxeur’. Il y a aussi deux chansons de 1972 ‘Signe de vie, signe d’amour’, ‘Je t’appelle mélancolie’ et deux succès de 1973 ‘L’amour en France’, ‘Je pense à elle, elle pense à moi’.

Additional information